Les talismans

L’atelier a connu ces dernières semaines un bouillonnement d’activités qui n’a pas laissé de place à l’écrit. C’est avec joie que je retrouve « la plume » et l’empressement de présenter les dernières créations.

Pour commencer, tissus, perles et laine ont entraîné mes mains dans une danse mystérieuse et de grands pendentifs aux allures de talismans ont vu le jour.photo-talisman-blanc

Persépolis, le talisman blanc semble une promesse de sérénité et de quiétude. Il arbore avec fierté un objet de métal, ancienne boucle de ceinture des années folles donnée par une amie. Positionnée dans l’horizontalité , elle invite le tissu à se suspendre telle une oriflamme, symbole de paix et de sérénité.

photo-talisman-rond

La Danse, talisman rond, roue de médecine, est porteuse d’une énergie de vie dans sa spirale centrale. La douceur des prunes et des roses rencontre la joie des bleus clairs et du vert pétillant. La nature toute entière est ainsi sollicitée.

photo-talisman-rose

Un chant d’étoiles, grand talisman intense dans une nuit orientale, clôture cette cérémonie de présentation. Sa vibration  s’accorde à l’hiver qui s’installe : puissance d’un ciel nocturne où le froid pétrifie de stupeur les étoiles qui projettent sur les objets terrestres un souvenir de chaleur et d’été.

Sac bohème et collier inca : Rhapsody in blue

20160707_150348(0)

Rhapsody in blue Sac bandoulière, batik et tissu d’ameublement, broderies, perles et dentelle. Collier art textile brodé main, perles, plumes et médaillons laiton. Boite terre auto durcissante, feuille à dorer et peinture.

Je quitte musique et pinceaux pour un temps et m’installe à nouveau devant ma machine à coudre : quelques chutes de tissu, perles, rubans et dentelle et la musique de Gershwin éclate en de belles harmonies de bleus, accords de nuits, d’or et d’argent. La douceur nocturne de l’été se glisse dans ces créations où se mêlent travail musical et peinture des jours précédents. Avec quelques restes de tissu que l’on aurait pu jeter à l’oubli dans l’impulsion d’un nettoyage de printemps, une intense « Rhapsody in blue » prend vie et envahit l’espace de ces teintes douces et vibrantes à la fois.

Regardez…Ecoutez…

La création est le plus merveilleux des voyages ! Voyage intérieur alors que les mains s’affairent, les sensations remontent du plus profond de la mémoire et jaillissent dans la matière comme inspirée. Et, lorsque le travail accompli, les œuvres ou  les objets sont à la vie, dans leur autonomie s’offrant aux regards d’autrui, à les contempler « le créateur » voyage encore dans des univers insoupçonnés qu’il n’avait pas entrevus auparavant. La blue rhapsody de Gershwin résonne, muette derrière le voile de la nuit…

20160707_150611

Les sentiers sacrès de l’Himalaya : Satkarmani dans son écrin de mystère

Je le voyais au plus profond de moi : cadre noir, laque vieillie cernée d’argent, fond à l’huile travaillé sur papier collé en turquoise, bleu manganèse et cobalt et rouge rubis. Le tissage semble en lévitation, objet sacré, émanation de méditations, souvenir d’ailleurs. Cette œuvre a touché mon âme et mon âme l’a effleurée dans un  recueillement intense. Je suis heureuse de sa présence bienveillante, forte et douce à la fois. La maison respire et vibre de l’air insufflé par ce Tibet réinventé.

Satkarmani le Tibet
Satkarmani, les 6 actions magiques. Évocation du Tibet. Tissage laine et tissu, tissus, plumes, pièces chinoises et grelots indiens.

En chantier : pour la troisième étape au cœur de l’Himalaya sacrée, un étrange petit stupa de laine tissée a montré le bout de son nez au détour d’un monticule de pierres accumulées sur le chemin qui mène, derrière mes yeux fermés, au sanctuaire intérieur népalais. Stupa couleurs du temps, le tissage se termine mais l’œuvre est encore en maturation et le prochain article le révèlera.

Stupa couleurs du temps. Évocation du Népal. Tissage laine et tissu.