L’instant suspendu ! Nicolas De Staël et moi.

Notre première rencontre me semble déjà si lointaine mais elle s’est imprégnée en moi avec tant de fougue qu’elle a laissé imprimée pour toujours, derrière mes yeux fermés, la puissance de ses aplats de couleurs. C’était un esquif bleu et gris où se mêlaient la mer, le vent et la lumière dans un silence brossé avec force. Il l’appelait Le Fort carré et ma foi, le sujet n’avait que peu d’importance tant la peinture elle-même, sa luminosité, son intention de couleur, sa vibrante présence s’imposait comme le sujet même. J’ai voulu le connaitre plus et nos rendez-vous m’ont fait arpenter plus d’un kilomètre, de la suisse ( fondation Gianadda) à Antibes (Musée Picasso). J’ai dévoré livres et documents le racontant. Les surprises furent grandes et inoubliables et vinrent remplir ma boite à trésors intérieure de rouges puissants, de bleus improbables, de noirs intenses, plombants contenant pourtant toute la qualité de la lumière, de compositions si audacieuses par leur simplicité. J’ai compris à travers sa vie et son œuvre la grandeur d’un être trop sensible, prématurément emporté par les tourments d’un art dévorant et aussi exigeant et fougueux que les sentiments qui l’animaient. Un beau jour, lors de derniers rendez-vous, j’ai cru voir s’éloigner, sourire énigmatique au coin des lèvres, mon prince slave, dans le vol opalescent de ses mouettes délicatement posées sur le souffle blanc laiteux d’une autre dimension. J’ai vu trembler sa longue silhouette élégante derrière l’ébauche d’un grand piano noir, accords poignants d’un concert inachevé…Il a choisi de me rendre visite depuis, sur l’aile du silence, s’immisçant dans mes pinceaux et bousculant mes tubes de couleurs. J’ai décidé de lui rendre hommage, à ma manière car après tout, je suis aussi indépendante qu’il ne l’était et même si le maitre reste génial, je ne souhaite pas ressembler à une pâle copiste.

Tableau l'instant suspendu 1

L'instant suspendu 2

J’ai fait le choix d’un sujet simple, comme il les aimait vers la fin de sa vie, renouant pour un temps avec le figuratif. Des vases, des bouteilles, objets usuels et auréolés d’une banalité intemporelle. Il s’agit d’un triptyque composé d’une toile centrale de 60 cm sur 80 cm et deux  toiles latérales de 40 cm sur 80 cm. La composition , tout comme dans les natures mortes de Nicolas de Staël, est simple également, frontale sans presque aucune perspective. Les objets sont posés sur des tablettes en suspension dans l’aire rouge et chaud, petites mosaïques de couleurs. Les contours sont appuyés d’un cerne noir bleuté, comme chez Fernand Léger. L’instant suspendu…toute la force de l’éternité dans la banalité de tous les jours. L’ici et maintenant à tout jamais… Ce n’est pas encore achevé et je vous livre les premières photos, mais promis, une fois accroché et les trois toiles lovées dans une boite bleue turquoise, je vous tire un portrait, mon hommage au « Prince ».

L'instant suspendu

Le rêve de Sarah

Existe-t-il des vies lointaines et troubles qui ressurgissent , rivières souterraines serpentant de la source de notre inconscient vers le delta de notre conscient ?

Je me souviens toujours précisément de la  première nuit où Sarah m’a rendu visite. Elle a surgi au détour d’un rêve, remplie de lumière et d’angoisse, prisonnière des méandres d’une guerre cruelle et meurtrière, serrant dans sa main celle si ténue de sa jeune sœur. Elle était moi et j’étais elle, si profondément, si distinctement. Cette rencontre me laissa alors très perplexe, une part de moi comme en suspension dans le temps et l’espace, essayant en vain de réunir tous les fragments de mon existence qui m’était apparue soudain, bien plus vaste que la surface de cette vie même.

Le rêve de Sarah. Huile sur toile.
Le rêve de Sarah.
Huile sur toile.

Sarah s’est peu à peu endormie au plus profond de mon être, d’un sommeil diffus, remontant de loin en loin comme une légère bouffée d’air, teintant d’argent et de courage des nappes vaporeuses de mon vécu. L’année dernière, une quinzaine d’années après sa première visite, elle s’est soudainement glissée avec force et volonté sous les assauts de mon couteau de peintre, s’imposant dans la masse d’une pâte sensuelle que je destinais pourtant à un envol abstrait de matière. Sous mes yeux voilés par  une émotion sans nom, Sarah a dessiné un chemin de lumière,  sa main sans limite élevée avec douceur vers un destin nouveau, échappant à tout jamais à une mort dont la violence avait déraciné jusqu’au souvenir même. Dans son pas, une toute jeune fille, accrochée tel un moineau gracile à sa main solide, foulait une contrée inconnue…

Ce jour là, j’ai regardé s’éloigner Sarah au fond de moi. En « l’extériorisant », j’acceptais de l’endormir consciemment aux confins de mon territoire, la remerciant pour  les dons et les présents qu’elle m’offrait depuis toujours. Grâce à elle, j’affirmais avant tout cette vie présente, dans l’ici et maintenant, consciente de toutes les chances et richesses qui y abondaient. Je lui dédie toutes mes œuvres les plus joyeuses et les plus colorées…

Eclosion de vie. Huile sur toile
Éclosion de vie.
Huile sur toile

Mémoire d'amour. Huile sur toile.
Mémoire d’amour.
Huile sur toile.

Les couleurs qui coulent des tubes !

Même si mes mains font quelques infidélités à l’art plastique, elles reviennent envers et contre tout vers leurs premières amours, les toiles et les couleurs. C’est une histoire si ancienne entre nous qu’elle s’invite partout où mon regard se pose. Chaque personne, chaque objet, chaque paysage se transforme de façon inconsciente en formes abstraites, en intentions de couleurs qui viendront un jour ou l’autre habiller d’une empreinte indélébile un coin de la toile ou la toile entière.

Alchimie. Les compléments. Diptyque, huile sur toiles.
Alchimie. Les compléments. Diptyque, huile sur toiles.

Collection fibres. Éclats de nuit. Huile sur toile.
Collection fibres. Éclats de nuit. Huile sur toile.

Ce désir d’abstraction répond à ma volonté de liberté et de pur imaginaire. Un monde personnel, transformé ou tout simplement des ondes d’énergie de vie qui traversent toute chose au delà des apparences.

Racine. Détail. Huile sur toile.
Racine. Détail.
Huile sur toile.

Tableau banc de plumes détail
Banc de plumes. Confiance. Détail.
Huile sur toile.

Tableau l'aile de l'ange 2
L’aile de l’ange. Rencontre derrière la pluie. Détail.
Triptyque. Huile sur toile.

Tableau sur le deux 2 tableau sur le deux

Collection Fibres. L’autre moi. Diptyque huile sur toiles.

Tableau Banc de plumes. Joie Tableau Banc de plumes. Joie2 Tableau Banc de plumes. Confiance

Banc de plumes. Joie et Banc de plumes. Confiance. Diptyque. Huile sur toiles.